We are looking for passionate travelers all over the world, who would like to write with us!

Trek de 5 à 8 jours

Tour du Massif de la Lauzière

une introspection dans un monde purement sauvage

Découvrir

Les plus beaux panoramas des Alpes

J’avais tout juste sept ans en 1979. Tous les matins en me levant, j’apercevais les Aiguilles de la Balme et le Grand-Pic de la Lauzière. Je ne savais d’ailleurs pas les nommer, mais au fond de moi se construisait un lien immuable avec la montagne, plus encore avec cette montagne ...
Ce massif aux allures communes lorsque vous le contemplez sur une carte, exprime tout son charisme lorsque vous pénétrez dans son antre. Cette terre intimiste restitue aux regards émerveillés toute la magnificence de la montagne.

Variante Slow Travel : 7 jours

Le slow tourisme est un concept de voyage qui incite les gens à prendre le temps de découvrir une destination, d’apprécier les paysages, en privilégiant notamment des destinations proches et des moyens de transports moins polluants.

Jour 1 :

Départ de la Gare de La Chambre (73130)
Montée au nouveau refuge du Lac de la Grande Léchère
Dev + : 1200m - Durée : 3h

Jour 2 :

Récupérer le tracé habituel du Tour de la Lauzière, via le col MontJoie, et poursuivre jusqu'au chalet de l'Arbisserie. (Fin de l'étape 1 du topto du Tour de la Lauzière)

Jour 3 - 6 :

Effectuer les 5 étapes définies dans le topo du Tour de la Lauzière.

Jour 6 :

Une fois au col de la Madeleine,
Soit prolonger jusqu'au refuge du Lac de la Grande Léchère
Soit descendre à la Gare par la route (covoiturage, stop)

Bruno - Témoignage

Cette année, j’avais envie d’un « voyage » différent, d’une découverte d’une chaîne montagneuse sauvage et de proximité.
Le tour de la Lauzière a été un choix évident.
En effet, je parcours ce massif en ski de randonnée l’hiver (Rocher de Sarvatan, Grand Pic de la Lauzière, Pointe de la Balme...). Les cinq jours de marche autour du « Grand Pic » entre Tarentaise et Maurienne ont été surprenants. Le dépaysement
n’a été lié ni aux heures d’avion et ni au passage de l’équateur mais à l’isolement. Quelle richesse de marcher seul ! Je m’interroge sur la surfréquentation de treks comme le camp de base de l’Everest, le tour du Mont Blanc et le caractère très sauvage de boucles comme le tour de la Lauzière, le tour de la Bessanèse…
J’ai encore inscrit sur la rétine l’agilité des chamois aperçus sous la Grande Muraille, la majesté de l’aigle observé en vol au dessus des Rochers des Hirondelles…
J’ai encore dans les yeux la variété des lumières de cet fin d’été : Coucher de soleil au lac de Clartan, lever de soleil au col de l’Arc…
J’ai encore en tête les paysages : Col de Montjoie, sentiers balcons côté Maurienne, vue générale du massif depuis le sommet du mont Bellachat, cirque entre la pointe de Combe Bronsin et la pointe de Colomban, glacier de Celliers…
J’ai encore à l’esprit mes rencontres :
bergers, habitants de ces villages perchés, gardiens de refuges...Et oui, le massif est vivant avec des hommes et des femmes qui ont fait le choix de travailler et habiter en Lauzière.
Alors qu’il existe des transferts importants de population vers les mégalopoles françaises et une certaine désertification de nos montagnes, il est enrichissant de partager leurs expériences.
Quel plaisir d’étendre sa connaissance à l’ensemble du massif, de traverser sur plusieurs jours une chaîne montagneuse, de dormir dans des cabanes en étant en quelque sorte le gardien des lieux pour une nuit. Quel plaisir de profiter non seulement l’hiver mais aussi l’été de cet éden de proximité. Ce tour a été une très belle expérience. J’avais envie de la partager sans attendre. Je me suis donc arrêté à la coopérative de La Chambre prendre du fromage et de la charcuterie, et je me suis invité chez des amis pour partager et conclure de belle manière cette magnifique randonnée.

Carte de randonnée

Tout Le massif en une seule carte

Commander